Select Page

Mascarades

Article écrit par

C’est la comédie du mois et elle nous vient d’Algérie. « Mascarade » est une oeuvre réussie et prouve une fois de plus la vitalité d’un cinéma qui revient de loin.

Partir de l’avant. Belle devise, belle politique dont nous aimerions tous appliquer les vertus. Les configurations pénibles se ramassent à la pelle et il est difficile de nos jours de tout changer pour une autre vie, une autre extase, un autre départ en somme. Certains patientent, scrutent, dorment, réfléchissent et puis quand les cartes sont posées, c’est la débandade. Alors, les décisions pleuvent et beaucoup n’en sortent pas indemnes. Mascarades, le premier long-métrage du pétillant Lyes Salem, résume en quelques 90 minutes toute cette soif de liberté. Ce metteur en scène qui parle avec les mains, joue avec les mots et danse sur du velours, traine sa caméra du côté des Monicelli, Rouiched, Keaton (pour ne citer que quelques grands noms du burlesque), et enveloppe ces personnages d’une histoire sensible, mortellement dérangeante et finalement rafraîchissante.

Ce qui frappe d’emblée dans cette comédie du remariage, c’est le temps qui fonce à toute allure, ne donnant pas au spectateur l’envie d’aller voir ailleurs. Salem débute par un gigantesque plan séquence qui s’ouvre sur un minaret, pour se finir sur une bande de villageois s’éparpillant ici et là à la recherche d’une oasis d’apaisement. Tout est dit dans cet instantané de vie et Salem ne brouille jamais les cartes. L’image est plus importante que la parole, et l’auteur césarisé de Cousines (son dernier court-métrage) l’applique dans ses séquences virevoltantes. Ce point de départ est très important, car il caractérise un cinéma qui joue sur l’émotion, mais sans la diaboliser, refusant par la même occasion de verser dans la démagogie. Si Mascarades réussit l’exploit de faire rire, c’est en partie grâce à une construction narrative qui joue sur les codifications de la société algérienne, donc de la vie. Tout respire l’Algérie : la langue algéroise (le derja), les personnages qui certes sont des stéréotypes, mais qui peuvent être reconnus par tous, les quelques subtilités qui renvoient à des non-dits (le personnage du colonel, sorte de parabole sur les magouilles politiques), le geste comique (beaucoup de cris mais point de sang), et surtout cette envie d’humer l’évasion.


Lyes Salem convoque tour-à-tour différents visages, pour façonner une véritable scène de théâtre où l’explosion des sens prend un virage radical. Les mots sont crus, la caméra tournoie sans cesse et les regards de ces chenapans de l’amour révèlent une profonde envie de se fondre dans une foule sentimentale. Le couple Rym/ Khliffa est beau car cette majesté qu’il promène nonchalamment décèle un imaginaire royalement filmé par Salem. Ces deux amants définissent une certaine Algérie avec toute son élasticité, toute son ingéniosité mais aussi avec ce silence qui perce les tympans des humanistes. Impossible de ne pas voir en eux le trajet sanguinolent causé par une période implacable, inconcevable de faire la fine bouche devant les yeux lumineux de l’actrice Sara Reguigue (quand elle observe Khliffa, il y a beaucoup de pardons qui s’installent), et inutile de discourir sur les maux, sur les pleurs, sur une concorde civile car le ridicule ne tue pas, et ce sont bien des bouffonneries que Salem pointe du doigt.

La plus belle des idées, c’est de faire adhérer son entourage à un mensonge conséquent. Plus la situation vire au gigantisme, plus l’aspect comique sera amplifié. Mounir, le frère aîné de Rym, fait croire à tout le village que sa sœur va épouser un riche homme d’affaires. Tout respire le toc et cette bêtise aurait pu être désamorcée, mais Salem est un personnage qui aime rire des situations complexes, donc son film va prendre une route problématique où se côtoieront grand dadais (Mourad Khen, toujours aussi bluffant), amant fougueux, épouse lucide (grande Rym Takoucht) et chef d’orchestre, lointain cousin d’Omar Gatlato (Mounir, le personnage mi-romantique mi-conformiste). Salem adore malmener ses personnages, il les dorlote par la même occasion, mais refuse de leur donner une raison de pleurer. Pas besoin, l’attitude en dit bien plus long qu’un monologue discordant.

Beaucoup de joie traverse ce film. Satisfaction d’observer un cinéma qui ouvre les stores de l’ennui, satisfaction de voir un cinéaste refuser la facilité en filmant une comédie (genre réputé complexe dans le cinéma), et satisfaction d’écrire un papier sur une œuvre qui va se bonifier et qui causera pas mal de torts aux détracteurs, ceux qui réchauffent leurs mains avec des braises poussiéreuses.

Titre original : Mascarades

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…