Select Page

Martha Marcy May Marlene

Article écrit par

Prolongeant le travail amorcé dans un premier court métrage, « Mary Last Seen », (avec déjà le personnage de Watts, joué par Brady Corbet), Sean Durkin réalise un thriller serré, plus qu´un portrait féminin. Tant mieux.

Si le personnage féminin principal de Martha Marcy May Marlene est le pivot narratif du film, il est plus une figure vide qu’un réel character. Jeune femme traumatisée par deux années passées dans une secte, Martha semble aussi absente qu’un fantôme, quasi muette ; réfugiée chez sa sœur et son mari, elle revit par projections les épisodes les plus marquants de sa vie en communauté.

Construit dans un entre-deux temporel, juxtaposant sa vie au sein de la secte et l’après chez sa sœur, le polar nourrit une extrême tension, un basculement incessant entre deux états d’esprits propres à Martha, bien plus qu’il ne joue d’une progression scénaristique qui aboutirait sur un climax, ou encore d’une rencontre entre ces deux univers. Si les deux environnements sont en apparences opposés, une vieille ferme remplie de ses nombreux occupants versus une belle maison bourgeoise où un couple de yuppies tente de remplir l’espace le temps des vacances, l’esprit confus de la jeune femme finit par les entremêler. La verdure entourant les bâtisses, la proximité d’un étang et l’isolement quasi complet des deux lieux permet au réalisateur de basculer visuellement, sans rupture marquée, d’un espace à un autre.

Ce va et vient permet de mieux comprendre les réactions du personnage, qui communique malgré elle les restes traumatisants de cette expérience. Le titre à rallonge du film n’est en rien une coquetterie, mais bien l’illustration de la multiplicité des identités du personnage de Martha, re-baptisée par le chef de la secte, accumulant les prénoms comme autant de pertes de repères. De retour dans un environnement familial « normal », la jeune femme traîne avec elle les reliques de son endoctrinement, qui surgissent confusément de son esprit en bribes d’opinions pré-enregistrées, réflexes de conditionnement.

 

À ce titre, le traitement du récit par épisodes de sa vie dans la secte, régie par le travail de la terre, par une volonté d’auto-suffisance la conduisant à un isolement total, par les interdictions au développement de toute individualité, de tout mouvement contraire à l’avancée du groupe, est pertinent. Les scènes de sexe forcé suggérées par des ellipses, où des jeunes femmes découvrent le « maître » lors d’une nuit passée sous drogue, sont glaçantes, et renforcent l’impression de danger, de menace qui pèse sur le présent de Martha.

L’intérêt majeur du récit ne tient pas tant au doute que le spectateur peut développer sur la santé mentale de l’héroïne, qui croit que les membres de la secte la poursuivent, mais plutôt de l’extrême précision de l’agencement des scènes, relevant d’un puzzle mental. Chaque épisode vécu chez sa sœur renvoie à un trauma, jusqu’à ce que les espace-temps en deviennent flous. La rigueur du scénario ainsi qu’un découpage extrêmement précis permettent au cinéaste de faire naître le suspense sur cet unique basculement, et sur le trouble de sa réalité. Lors d’une scène, le cinéaste opère ce passage le temps d’un travelling sur un lac, où Martha part se baigner, semant le doute dans notre esprit. Étions-nous juste avant dans la ferme où vit la secte ? Ou bien sur le fronton avec la sœur de Martha se baignant en compagnie de son mari ?

Le film fonctionne tout entier sur cette retenue, cette instabilité temporelle et mentale du personnage à un refus d’action et de violence explicite. Si la menace est omniprésente, flottant autour du personnage de Martha, elle est presque toujours intériorisée, diffuse, n’en devenant que plus inquiétante. La scène où le maître de la secte (effrayant et toujours parfait John Hawkes) interprète " Marcy’s Song " de Jackson C. Frank, splendide balade mélancolique, reste un des rares moments de douceur du film.
 

Titre original : Martha Marcy May Marlene

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 101 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…