Select Page

Les Conquérants

Article écrit par

Un western à la française où deux frères, Denis Podalydès et Mathieu Demy, s´aventurent pour restituer le Saint Graal de leur père, tout juste décédé… Exaltant.

Les duos au cinéma, c’est toute une aventure… Un couple, deux cousins, un père et un enfant. Pour le nouveau film du réalisateur basque Xabi Molia, c’est deux frères, Galaad et Noé. Une différence d’âge, une différence capillaire, deux personnalités opposées mais finalement complémentaires. Ils vont pourtant, comme les deux proches qu’ils sont, casser une malédiction qu’ils supportent depuis quelques mois. Noé, le plus jeune, interprété par Mathieu Demy – La Fille du RER (André Téchiné, 2009), Americano (Mathieu Demy, 2011), Tomboy (Céline Sciamma, 2011) – est entraîneur d’une équipe de foot. Sa voisine lui prépare des petits plats qu’il accepte sans trop savoir dans quelle ambiguïté amoureuse il se plonge… Il perd son job, chute en moto, désespère côté cœur, rien ne va. Jusqu’à ce que son frère, l’excellent Denis Podalydès, vienne le réveiller sur sa vie et l’embarque dans une folle épopée en plein cœur des plaines françaises.

Plusieurs thèmes s’entrechoquent dans ce deuxième long métrage de Xabi Molia : le sacré, la malédiction, la famille. Avec une certaine touche théâtrale, le réalisateur crée chez ce duo un comique de situation. Les deux acteurs vivent sous forme de sketches des aventures bien loin de leur quotidien. Une séquence du film vaut le détour, celle d’un cambriolage où les deux frères doivent récupérer dans le palace d’un propriétaire et ami de leur père le Graal à remettre en place dans une grotte sacrée. Entre pièges, cascades, coups foireux, Denis Podalydès – ou plutôt Galaad – excelle tel un Monty Python francisé.

 

© Pyramide Distribution
 

Au-delà de l’humour, ce film mêle émotions et action. Véritable respiration dans le paysage cinématographique français, Les Conquérants exploite le chemin d’un humour tendre, sans fioritures ni exagérations. Le scénario, quelque peu déjà-vu, est néanmoins mis en valeur par une réalisation fine, presque romantique. Les personnages évoluent dans des cadres d’action oscillants entre nature et ville, stade de football et scène. La force du film tient en une idée, très forte : faire accomplir à des hommes communs des exploits hors du commun. En équipe, ils affrontent les hommes, les animaux (un ours à faire trembler n’importe quel être humain) et leurs émotions pour faire vivre une croyance. La conquête n’est pas que dans l’aventure, elle est surtout dans leur esprit, et dans leur vie.

Titre original : Les Conquérants

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 96 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.