Select Page

Le vent venu d’Orient souffle sur la Plage de Deauville.

Article écrit par

La Normandie devient la terre du cosmopolitisme. Après l’accueil des Américains, place à l’Orient avec le Festival du Film Asiatique de Deauville.

Deauville recèle bien des surprises cosmopolites sous ses terres normandes. Après le Festival du Cinéma Américain en septembre, la station balnéaire se pare de drapeaux orientaux. Etendant sa curiosité à un continent, Deauville inscrit un autre festival à son actif : le Festival du Film Asiatique (www.deauvilleasia.com). Connu comme le petit frère du festival américain, créé en 1999, il suit la même démarche de découverte de nouveaux talents ou d’hommages rendus à des cinéastes confirmés venant d’horizons multiples.

Fortement plébiscitées par des cercles cinéphiles, les différentes cinématographies asiatiques peinent encore à s’imposer lors des distributions en salles, reléguées en marge, dans de petites salles Art et Essais. Pourtant, incontestable est l’émergence de nouvelles générations de cinéastes asiatiques. Ce festival, qui met en lumière des horizons hétérogènes, atteste une évidente modernité du regard venant d’Orient.

Cinéma qui a longtemps attendu son heure, le cinéma Asiatique ose et revendique désormais son identité, sensible et tourmentée. Harmonisant histoire collective et histoire individuelle, ces cinéastes partagent une conception radicale du rapport entre l’image et le réel. Fortement influencés par les Nouvelles Vagues européennes, les films confrontent une réalité brute, et une élévation spirituelle si caractéristique de leur esthétique.

Après avoir révélé aux yeux du grand public Kim Ki-duk ou Park Chan-wook, cette 11ème édition du Festival Asiatique de Deauville rend hommage à la Corée du Sud et notamment aux artistes émergents, LEE Yoon-Ki, producteur passé au long-métrage avec This Charming Girl en 2004.
A noter également, les pleins feux sur la carrière de LEE Chang-Dong, réalisateur et scénariste de Secret Sunshine.

Durant 5 jours, hommages, projections et rencontres ne sont à manquer sous aucun prétexte, et sont autant d’opportunités pour connaître les cinéastes de demain.

 

5 PASS SONT A GAGNER pour le Festival Asiatique de Deauville.
Soyez les premiers à répondre à l’adresse mail suivante : [email protected]


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Cité sans voiles

La Cité sans voiles

Prototype matriciel du «noir procédural», «La cité sans voiles» fraye la voie vers un courant néo-réaliste semi-documentaire issu de l’immédiat après-guerre. Drapée sous une chape nocturne, la métropole new-yorkaise bruisse de mille faits divers crapuleux. Le jour venu, à l’été 1947, la brigade des homicides dont le bureau est la rue, bat le pavé brûlant des artères populeuses pour les élucider.