L’Aube du monde

Article écrit par

Le Jardin d’Eden existe. Ou plus exactement, existait encore il y a peu. Car les marais situés à la frontière entre l’Iran et l’Irak, entre le Tigre et l’Euphrate, ont été victimes des nombreux affrontements mettant à sang la région depuis trop longtemps déjà : refuge pour les combattants à bout de force, ils sont aussi suspectés d’être le bastion des résistants à Saddam Hussein, qui ordonne leur assèchement. Il ne parviendra pas totalement à ses fins, mais la guerre face aux Etats-Unis finira de détruire de dernier recoin de paradis.

Originaire de Babylone, en Irak, Abbas Fahdel choisit de situer l’action de sa première fiction longue dans cette région à l’aura mythique, et de porter à la connaissance du public ses habitants, la tribu des Maadans, aussi appelés Arabes des Marais. Zahra est donc une fille des marais, promise à son cousin Mastour : d’enfant, nous la verrons grandir sous les traits de Hafsia Herzi, éblouissante Rym de La Graine et le Mulet de Kechiche. Et se fait femme au jour du départ au combat de son jeune mari, réquisitionné de force par l’armée irakienne.

Elle le sent, elle lui dit : il ne reviendra pas. Le supplie de déserter. Avant de partir pour toujours, Mastour aura pris soin de demander à Riad, jeune soldat Badgadi, de veiller sur Zahra. Ce dernier accèdera à tout prix la dernière volonté de son ami. Et, malgré le mépris qu’à Bagdad on lui a toujours inculqué pour ces Maadans, s’apprête à en faire partie.

Le film commence sur un arbre, solitaire au milieu du marais sur lequel se lève le soleil, qui s’écroule soudain avec un craquement sourd. Comme une métaphore du film dans son intégralité, une image qui annonce toutes celles qui suivront. Le tout sur la musique composée par l’Allemand Jürgen Knieper, compositeur fétiche de Wim Wenders. Ni folklorique, ni exotique, la bande originale de L’Aube du monde oscille entre électro et chants arabes de la Palestienne Rim Banna, participant à faire de ce film une expérience sensorielle. Une histoire d’amour pleine de symboles, de nombreuses références bibliques, une cause politique à la fois anti-Saddam et anti-américaine, une œuvre à la limite de la science fiction dans son esprit post-apocalyptique… le premier long métrage de Abbas Fahdel pourrait se résumer en un mot : universalisme.

Alors certes, on devine le petit budget imparti au tournage, relevant certaines maladresses et une légère naïveté du scénario – bien que récompensé par le CNC du Trophée du premier scénario. Mais les images, filmées presque uniquement en plans séquences et fixes, sont sublimes, les sensations présentes et Hafsia Herzi toujours bluffante de vérité – ce qu’on ne peut dire, il est vrai, dire de tous ses partenaires de jeu. Sans compter le mérite qu’a L’Aube du monde d’immortaliser un sanctuaire et des traditions aujourd’hui disparus, contaminés par la violence du monde moderne.

Titre original : L'Aube du Monde

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 96 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.