Select Page

L’Art de séduire

Article écrit par

La vie n´est pas une comédie romantique… et Guy Mazarguil redonne de l´espoir à la comédie française.

Après plusieurs réalisations pour le petit écran, Guy Mazarguil ne se rend pas la tâche facile pour son premier long métrage de cinéma. Au premier abord, L’Art de séduire a de quoi effrayer. Avec un pitch proche de Hitch, expert en séduction (Andy Tennant, 2005 avec Will Smith) mêlé de comédie psy, on pouvait redouter le pire. C’était sans compter le regard subtil du réalisateur qui désamorce joliment les attentes et autres passages obligés d’un certain type de comédie à la française. L’art de séduire, c’est véritablement ce qu’il manque à Jean-François (parfait Mathieu Demy), psy légèrement désabusé qui se tétanise dès qu’il tente d’approcher l’une de ses patientes (Julie Gayet) dont il se croit amoureux. Il prend alors conseil auprès d’un de ses clients, dragueur invétéré. Mais la drague, c’est comme le sport : pas de secret, pour y arriver, faut s’entraîner. Les tentatives vite avortées (« Peut-être que si je m’entraîne sur des personnes âgées, ça ira mieux ? ») lui feront croiser l’inverse de son fantasme féminin. Pas mystérieuse, entreprenante, bruyante, Estelle (Valérie Donzelli, qui de film en film impressionne toujours), la bouche peinturlurée de rouge, s’accroche.

Il s’agit avant tout dans L’Art de séduire de passer derrière les images. Si Guy Mazarguil avoue son intérêt pour les psychologues et si le choix de cette profession permet évidemment de nombreux effets comiques, il se révèle surtout crucial en tant que déclencheur de situations et de la manière qu’a Jean-François de les aborder. Il est celui qui voit derrière les images, qui décrypte le discours comme malicieusement expliqué au détour de l’hilarante séquence de « paella/Papa est là ». L’apparition de deux femmes dans sa vie se donne alors comme un test d’apparence et jeu des sept erreurs. C’est dans sa propre vie et ses propres envies que Jean-François devrait tenter d’y voir clair.

Le fantasme réel ou la réalité fantasmée ?

Le choix ne peut évidemment aller de soi. D’un côté Jean-François désire une image qui n’existe pas (Hélène) et de l’autre une image vient s’imposer à lui (Estelle). Dans l’esprit de Jean-François, Hélène est belle, secrète, peut-être même inaccessible alors que, sa patiente depuis trois ans, il en connaît les plus intimes travers. La première apparition à l’écran de Julie Gayet a ainsi tout d’une belle image, celle de la star auratique : une porte s’ouvre et on la découvre de dos, en manteau trois-quarts et la chevelure luxuriante. Elle se sait attendue et peut alors s’offrir dans toute sa splendeur. Mais cette femme-là n’est qu’illusion et la découverte de la vraie Hélène ne sera qu’éprouvantes déceptions pour le psy aveuglé et force comique pour le spectateur (la description minutieuse de l’appartement et du quotidien d’Hélène est ainsi de haute volée). A l’inverse, Estelle – malgré la consonance des prénoms – se donne comme pure image, construite de toutes pièces pour se valoriser aux yeux du monde : volontaire, drôle, aguicheuse et disponible. Là où Hélène ne peut qu’échapper à Jean-François puisqu’elle n’est que vue de l’esprit, Estelle le poursuit jusqu’à l’explosion de son image et son ouverture à l’autre.

Loin du marivaudage amoureux, L’Art de séduire apparaît comme un pendant inversé du cinéma d’Emmanuel Mouret dont le charme initial s’amenuise de film en film. À une conception petit bourgeois et fondamentalement binaire des relations amoureuses – intéressante en soi car porteuse de comique, mais plutôt consternante sur le fonds – s’oppose ici la volonté de Mazarguil de confronter ses personnages aux limites de leurs désirs. Comme les têtes, les images tombent entraînant avec elles une rupture de ton aussi nécessaire que risquée. A l’humour jouissif de la première partie – le film est extrêmement (et extrêmement bien) écrit sans pour autant tomber dans une tradition parfois un peu trop littéraire du cinéma français – répond une mise à nue totale et définitive de la fin.

Le film comporte bien sûr quelques maladresses et la métaphore filée qui l’ordonne peut se faire un peu pesante – elle est cela dit porteuse d’une force et d’une beauté impressionnante dans certaines séquences pour un premier film –, mais sans jamais entacher l’ensemble. Le film dégage une sincérité et une tendresse, voire une certaine sensualité, trop rares qu’on ne peut qu’encourager. Drôle, touchant et inattendu, L’Art de séduire est porteur de beaucoup d’espoirs.

Titre original : L'Art de séduire

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 84 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…