Select Page

La nuit au musée 2

Article écrit par

« La nuit au musée 2 » assume complètement – en tant que second opus – ses ingrédients, soit des couches de rocambolesque sans finesse gorgées d´effets spéciaux. Mais cette comédie familiale n´en dégage pas moins beaucoup d´humour, et parvient même à réaliser de lointains fantasmes. Au final, la joyeuse clique du film assure ; Ben Stiller, le sourcil frétillant, en tête.

L’affiche du film l’annonce : « Cette fois, le délire n’a plus de limite ». Et pour cause. La nuit au musée (2007) avait planté un décor extravagant en donnant vie, le temps d’une nuit, à toutes les œuvres et créatures du Musée d’Histoire Naturelle de New-York. Pour un certain bonheur de l’imagination, Ben Stiller en gardien de nuit rencontrait un T-rex domestiqué, un cow-boy de 5 cm (dégainant Owen Wilson) qui se disputait la vedette de plomb avec un légionnaire romain (impérial Steeve Coogan), et toute une panoplie de figures historiques, telles Attila Le Hun himself ou le sage Président Roosevelt (Robin Williams, charmeur timide). Le film ayant connu un énorme succès au box-office international, il fallait pousser plus loin les rouages de l’absurde pour donner une suite à ce blockbuster.

Cette fois-ci, Larry Daley (Mister Stiller) est redevenu un homme solitaire et capitaliste, qui commercialise des produits de télé-achat à l’utilité douteuse. Mais son destin, ce sacré farceur le rattrape juste à temps. Le musée new-yorkais se débarrasse de ses objets au profit de nouvelles technologies et emballe tout son petit monde pour l’envoyer dans les archives du Smithsonian Institution, le plus grand complexe de musée au monde, situé à Washington. Appelé à la rescousse, Larry ne peut se résoudre à laisser ses amis de cire au silence – car sans la tablette magique qui leur donne vie après le coucher du soleil, point de nouba nocturne pour les pièces de musée. L’ex gardien de nuit reprend alors du service et arrive dans la capitale, prêt à affronter les innombrables âmes des expositions, dont le maléfique Kahmunrah qui met main basse sur la tablette…

Si l’intérêt du film ne réside ni dans la finesse de son scénario ni dans celle de ses effets spéciaux, reste qu’il enflamme suffisamment l’esprit pour remplir ce qui n’est peut-être autre que sa seule ambition : divertir. Car le public, enfants ou vieux enfants, trouve réellement matière à s’amuser dans La nuit au Musée 2. Le plaisir ne se trouve alors pas dans les leçons de morale éthérées, mais dans l’humour que déploient les personnages, rescapés du premier opus ou petits nouveaux. En plus du toujours drôle mini duo Jedediah-Octavius, le sourire est léger mais efficace : il faut voir le Pharaon zozotant (décalé Hank Azaria) recaler Darth Vader de son équipe du mal, Napoléon complexé (Alain Chabat en forme) lancer une analyse psychologique, ou un Einstein taquin dodeliner de la tête. Pointe même une excitation enfantine lorsque Larry et sa nouvelle copine de jeu (Amy Adams) entrent littéralement dans un tableau. Au final, Ben Stiller, faux naïf et vrai clown, convainc ses acolytes, et nous avec.

Parfois bas de gamme, mais aussi drôles ou touchantes, les scènes se déploient sans complexes, donnant le mérite au film et à ses acteurs d’assumer leur délire. Cette deuxième nuit au musée est ainsi plaisante, qui offre à nos fantasmes d’enfant un peu d’humour et de magie, en attendant la prochaine nuit…

Titre original : Night at the Museum: Battle of the Smithsonian

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.