La Maison du Docteur Edwardes (Spellbound)

Article écrit par

Du suspense, du rythme, une belle histoire d’amour (une nouvelle fois sur un couple en fuite), des acteurs irréprochables, (Gregory Peck et Ingrid Bergman), une introspection au fond du héros : Spellbound (La Maison du Docteur Edwardes en français, hérité de la traduction littérale du titre originel du film) a certes quelques arguments de poids […]

Du suspense, du rythme, une belle histoire d’amour (une nouvelle fois sur un couple en fuite), des acteurs irréprochables, (Gregory Peck et Ingrid Bergman), une introspection au fond du héros : Spellbound (La Maison du Docteur Edwardes en français, hérité de la traduction littérale du titre originel du film) a certes quelques arguments de poids à faire valoir.

On est en 1945, et c’est la première fois que le thème de la psychologie est abordé de manière aussi frontale au cinéma. Hitchcock propose en effet dans Spellbound de montrer comment la psychologie, en tant que matière scientifique à part entière, peut permettre d’élucider un meurtre. L’histoire est celle d’un homme qui se fait passer pour le Dr Edwardes, célèbre auteur de livres de référence et nouveau directeur d’un asile psychiatrique, mais qui en fait était l’un des patients du docteur. Notre héros est victime d’une pathologie sérieuse, dont l’effet le plus visible est la perte de mémoire. Aidée par Ingrid Bergman, il lui faudra aller creuser profondément dans les mécanismes psychologiques à l’origine de sa pathologie pour faire éclater la vérité.

Le sujet était donc intéressant. Mais l’intrigue comporte de trop nombreuses failles. Ou plus précisément, le traitement de la psychologie semble par trop facile et naïf, car Hitchcock ne parvient pas à s’affranchir de certains codes des films de suspense. L’un des principes de base du cinéma d’Hitchcock est de sacrifier la vraisemblance et le réalisme au profit du rythme de l’intrigue et de l’inventivité des procédés utilisés pour la mettre en valeur. Dans Spellbound, ce principe n’est pas renié, ce qui pose réellement problème, car autant dans certains films le cinéaste semble s’amuser à « falsifier » le réel en prenant un certain recul avec humour, ironie ou cynisme, autant ici le manque de réalisme nous frappe de plein fouet en marquant un décalage presque fatal avec la complexité du sujet abordé.

Tout est vraiment trop simple, trop facile. L’analyse du héros-patient ne dure que quelques jours, la perspicacité dont Bergman fait preuve étant trop remarquable pour être crédible. Certaines séquences douteuses laissent circonspects, en particulier vers la fin, tellement on a l’impression que la psychologie est montrée comme une matière formidable, capable de dénouer des problèmes comportementaux profonds et de révéler des vérités insoupçonnées en quelques heures seulement.

Truffaut reprocha au film son manque d’audace : « Il est très évident pour moi que beaucoup de vos films, comme Notorious ou Vertigo, ressemblent vraiment à des rêves filmés. Alors, à l’annonce d’un film de Hictchcok abordant la psychanalyse… on s’attend à quelque chose de complètement fou, de délirant, et finalement c’est un de vos films les plus raisonnables. En gros, je reprocherais à Spellbound de manquer un peu de fantaisie par rapport à vos autres films ». (Truffaut in Hitchcock – Truffaut, édition Definitive, p137).

Mais on pourra aussi retenir qu’il constitue une tentative certes intéressante, mais pas vraiment fructueuse du traitement de la psychologie au cinéma, malgré la collaboration avec Dali. Spellbound manque clairement de finesse dans son propos. On préférera sans nul doute les Psychose, Vertigo et autres Pas de printemps pour Marnie.

Titre original : Spellbound

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 111 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.