Select Page

Je sens le beat qui monte en moi

Article écrit par

Danser sa vie.

La comédie musicale, c’est bien. Au moment opportun, au summum de votre béatitude, votre corps peut s’emballer, se mettre à tourbillonner autour d’un réverbère afin de crier votre bonheur d’être heureux. Avec un peu de chance – et un réalisateur malicieux – c’est tout un village qui va se joindre à vous dans un ballet inespéré, avec éventuellement trois moutons et une jument qui passaient par là. Mais que se passe-t-il quand la danse n’est plus cet élan lyrique, la chorégraphie volontaire des sentiments, mais devient subie ? Que se passe-t-il quand l’expression de soi devient expression malgré soi ? C’est ce que raconte avec brio Je sens le beat qui monte en moi, court métrage et première réalisation prometteuse de Yann Le Quellec.

Rosalba, guide touristique à Poitiers, est victime d’un bien étrange toc : dès qu’elle entend de la musique, son corps est pris de convulsions et elle se met immanquablement à danser. Quand la musique sort de la fenêtre du voisin, quand un téléphone sonne, quand les orgues résonnent… Il se contracte, se plie aux rythmes. Le corps de Rosalba est burlesque. Drôle bien sûr, mais surtout prisonnier de lui-même. Et c’est autant le rire que la douleur que déclenche le film. Douloureux car, à la différence d’un Buster Keaton – un garçon fort attachant, mais déjà potentiellement déprimant – il ne lui est pas possible de s’adapter aux situations pour se ou les transcender. Rosalba ne peut que fuir, s’éloigner de la musique – et du monde – pour apaiser son mal-être. Elle se condamne au calme et à la solitude. Sa vie s’organise comme un évitement de la musique à l’image de la magnifique carte ciblant les différentes « zones à risque » dans la ville qu’elle établit – l’un des objets les plus poétiques qu’il nous ait été donné à voir depuis longtemps.

Le film trace un sillon rare aujourd’hui. Dans l’esprit et le ton, il peut évoquer une parenté avec le travail du trio Abel-Gordon-Romy – dont La Fée nous avait touché mais seulement à moitié convaincu – avec un sens de la mise en scène qui fait malheureusement défaut à la troupe belge. Econome de mots et d’effets, Je sens le beat qui monte en moi est bavard et riche par les corps et l’exploitation des situations. La longue scène de fête, et donc de danse non encore choisie mais au moins socialement acceptée, se développe ainsi dans l’observation accrue du personnage depuis une autre pièce par son probable futur compagnon qui redouble la position du spectateur avant de la rejoindre. La scène de danse finale, qui la suit de près, est elle tournée quasi intégralement en plan séquence: leurs corps se sont enfin (re)trouvés. Le film est alors affaire de réconciliation : que la danse subie, maudite pour Rosalba, devienne cet élan du cœur qu’elle est pour les autres. Le toc, le handicap, le "syndrome", comme l’appelle le réalisateur, passe alors au second plan. Je sens le beat… raconte l’histoire la plus classique qui soit : boy meets girl. Finalement, il ne s’agit ni plus ni moins que de trouver un être avec lequel danser sa vie. On attend donc avec une impatience non dissimulée des nouvelles de Le Quellec.

À lirel’entretien avec Yann Le Quellec.

Titre original : Je sens le beat qui monte en moi

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 32 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…