Select Page

Festival Paris Cinéma (1-12 juillet 2008)

Article écrit par

Avec l´arrivée des beaux jours, Paris et sa région environnante ne vivent pas seulement au rythme des festivals musicaux. L´envie vous prend de vous faire une petite toile ou un ciné-concert sous un ciel crépusculaire ? Direction le festival Paris Cinéma.

Pour la 6e édition, les petits plats sont mis dans les grands. Outre la venue de monstres sacrés du cinéma, tels que Nathalie Baye et David Cronenberg, ou les rétrospectives sur les réalisations d’Aki Kaurismaki, ou encore sur le scénariste Jean-Claude Carrière, le festival consacre le cinéma philippin, visuel et humain, avec notamment une diffusion de l’œuvre complète de Brillante Mendoza, et un coup de projecteur sur les films de Joey Gosiengfiao. Mais le Paris Cinéma ne se résume pas seulement à cela : des ateliers, des rencontres, des tables rondes, des discussions, des avant-premières (La frontière de l’aube de Philippe Garrel, Les bureaux de Dieu de Claire Simon, ou encore Je veux voir de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige), et une compétition officielle de 10 longs (Dernier Maquis, Dorothy, In love we trust, Lake Tahoe, Kabei, Mange ceci est mon corps, Milky way, Tribu, Versailles, You[email protected]) et 20 courts-métrages qui brillent par leur parti-pris esthétique, ainsi que la fraîcheur des thèmes abordés, et qui viendront agrémenter une programmation des plus éclectiques.

Les nostalgiques de grands classiques ne seront pas en reste, puisque le festival remet au goût du jour des chefs-d’œuvre tels que Ecrit sur du vent, Le mirage de la vie ou La ronde de l’aube de Douglas Sirk, La meilleure façon de marcher de Claude Miller, ou enfin Le verdict de Sidney Lumet.
Et, pour que la fête soit complète, les enfants aussi n’ont pas été oubliés, qui ont leur Paris Cinémômes, une occasion unique de transmettre aux touts petits la fibre cinéphile.

Pour rajouter de la magie à un festival qui n’en manque pas, 3 projections gratuites en plein air ont été programmées dans le Parc de Bercy : Juha d’Aki Kaurismaki en ciné-concert (jeudi 3 juillet à 22h30), Retour de Flamme en ciné-concert (vendredi 4 juillet à 22h30) et Lola Montès de Max Ophuls (samedi 5 juillet à 22h30).

Récapitulons : des films, des événements d’exception, des chefs d’œuvre remis au goût du jour, tout ça sur Paris pour 5€ la séance et 25€ le pass du 1er au 12 juillet 2007, une opportunité à saisir… avec passion.

La programmation complète sur www.pariscinema.org


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…