Select Page

Faisons un rêve (1936)

Article écrit par

Marivaudage et sens du verbe pour un Guitry au sommet de son art.

En cette année 1936 et sous l’influence de sa jeune épouse Jacqueline Delubac, Sacha Guitry trouve enfin ses marques dans le cinéma pour lequel il se sera montré si méfiant auparavant. Il s’avérera aussi prolifique qu’au théâtre en signant quatre films comptant parmi ses plus grandes réussites, tous adapté de ses pièces : Le Nouveau Testament, Le Roman d’un tricheur, Mon père avait raison et Faisons un rêve. Ce dernier transpose justement une pièce écrite en 1916. Si notamment Le Roman d’un tricheur avait témoigné pour Guitry d’une certaine jubilation à exploiter toutes les possibilités narratives et visuelles de l’outil cinématographique, Faisons un rêve revient à une influence plus typiquement théâtrale. Sur le papier on a un triangle amoureux de boulevard femme/amant/mari assez typique et le film est une célébration du verbe virtuose de Guitry à la mise en scène assez statique. Le plaisir est donc ailleurs dans cette réussite.
 

Passé un prologue mondain où l’on croisera du beau monde au casting (Arletty, Michel Simon…), le récit se resserre pour un brillant jeu de dupe sur le couple. Ce sera d’abord celui du couple légitime du mari (Raimu) et de la femme (Jacqueline Delubac). Venu rendre visite à leur ami avocat (Sacha Guitry) absent, l’époux et sa femme par leurs réactions et dialogues à double-sens laissent deviner leurs infidélités imminentes (le "rendez-vous" du mari) ou possible (l’épouse tiquant à la rumeur de liaison de l’avocat) dans un brillant échange. La bonhomie et la truculence de Raimu fait merveille face à l’élégante malice de Jacqueline Delubac. A l’image de cet échange, toutes les relations de couple seront affaire de domination où le plus fantasque prendra l’avantage. Ce sera le cas pour Jacqueline Delubac face à Sacha Guitry lorsqu’elle le laisse se perdre dans une logorrhée maladroite lorsqu’il lui déclare sa flamme et surtout quand elle surgira par surprise après la longue séquence du téléphone où ce dernier nous offre un grand numéro comique seul à l’écran en amoureux angoissé dans l’attente de sa dulcinée.

Il prendra sa revanche au matin par ses saillies mordantes alors que Jacqueline Delubac est inquiète d’avoir découché (la réplique sur la tartine provoquant le fou rire à coup sûr) mais aussi par sa raillerie subtil de ce mari dont il faut se débarrasser. L’harmonie des couples ne peut fonctionner que quand le danger est écarté et qu’ils peuvent s’adonner librement à leurs passion. D’un coup l’ironie latente se dissipe pour la fantaisie romantique quand les amants rejouent leur premier réveil commun manqué et le final endiablé promesse de volupté. L’énergie, l’esprit et le charme de l’ensemble finit par totalement en faire oublier le côté statique, un très bon moment.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Derniers Chrysanthèmes

Derniers Chrysanthèmes

« Derniers chrysanthèmes » fait implicitement allusion à la floraison tardive dans son épanouissement qui se fane avec le temps selon un processus irréversible d’étiolement. La métaphore porte ici sur une communauté d’anciennes geishas qui ne sont plus dans “la fleur de l’âge”; ravivant leurs nostalgies dans le Tokyo désenchanté d’après-guerre. Aperçu…

A l’approche de l’automne

A l’approche de l’automne

« A l’approche de l’Automne » est une oeuvre singulière dans la production narusienne, l’échappée initiatique d’un jeune provincial obligé d’en découdre avec le monde cruel des adultes sur la toile de fond de l’urbanisation galopante de Tokyo. Inédit en version restaurée 4K.