Entretien avec Marianne Bonnicel : "Nous sommes responsables de la planète"


Entretien avec Marianne Bonnicel :

Le cycle « Chic Planète », qui a lieu actuellement au Forum des Images, confronte de manière originale films de science-fiction et films sur la ruralité. Rencontre avec la programmatrice de l'événement.

Article de Maxime Lerolle



La science-fiction aurait-elle le pouvoir de parler d’écologie ?

À l’origine, le cycle devait s’appeler « Écologies ». Mais le titre nous semblait trop réducteur, car nous voulions dresser un état du monde, parler du devenir de la planète. Et qui mieux que les extra-terrestres, qui disposent du recul nécessaire pour poser un regard critique, pour évaluer l’état de notre monde ? Nous avons donc décidé d’associer films de paysans et films de science-fiction, car tous deux posent un même principe : nous somes responsables de la Terre. Aussi bien de la planète que de son sol. De manière indirecte, les films d’anticipation nous avertissent des dangers à venir. On le voit bien dans les films des années 70 : Silent Running (Douglas Trumbull, 1972) s’interroge sur la préservation des espèces végétales et Soleil vert (Richard Fleischer, 1973) sur les problèmes que pose la surpopulation terrestre. C’est une façon de parler d’écologie.


 


 
Comment est née l’idée d’associer des films de science-fiction et des films sur l’agriculture et la ruralité ?
 
Nous partions au départ sur un programme exclusivement consacré aux films de paysans. Et puis le directeur de notre programmation nous a suggéré d’intégrer des films d’anticipation. Nous avons cependant écarté d’emblée les documentaires alarmiste : nous ne voulions pas de films comme Le Cauchemar de Darwin (Hubert Sauper, 2004), mais des fictions qui nous permettent de prendre du recul par rapport au réel et de décentrer le regard. Par exemple, si l’on n’a pas vu de films sur la ruralité, on se rend compte que les urbains voient souvent les paysans comme des extraterrestres !
 
Y a-t-il une dimension documentaire de la science-fiction ? Et inversement, une dimension fantastique, voire extra-terrestre, dans les films de paysans ?
 
Je pense à Silent Running, tout à fait original, qui mélange science-fiction et documentaire à travers la figure du jardinier de l’espace que joue Bruce Dern, chargé d’entretenir les dernières espèces végétales terrestres à bord d’un vaisseau spatial en orbite autour de Saturne. Farrebique (Georges Rouquier, 1947) est – c’est le cas de le dire – tout à fait dépaysant dans son genre. Il nous propose une vision très belle et très dure du travail de la terre, comme le fait Terrence Malick dans Les Moissons du ciel (1978). Quand on n’est pas un rural, on est aussi dépaysé qu’un extra-terrestre.
 
 
Existent-t-ils des cinéastes qui mêlent les deux genres ?
 
Essentiellement des cinéastes américains. Parmi les contemporains, je pense à Jeff Nichols, qui, en filmant des paysages aussi bien terrestres qu’extra-terrestres, associe science-fiction et naturalisme. Mais la question s’était posée avec acuité dans les années 1970. On trouve durant cette décennie tout un ensemble de films d’anticipation décalés : Phase IV (Saul Bass, 1974), L’homme qui venait d’ailleurs (Nicholas Roeg, 1976), Soleil vert… C’est l’époque où l’on prend conscience d’un danger pour la planète, et le cinéma de science-fiction a saisi cette question de la responsabilité humaine.
 
 
« Chic Planète », au Forum des Images jusqu’au 13 avril 2017



Logo IEUFC