Enfin Veuve

Article écrit par

Ni un drame ni une comédie réussie, mais une succession de quiproquos banales qu´on oublie facilement.

A qui s’adresse Anne-Marie (Michèle Laroque) lorsqu’elle chante Si tu n’existais pas ? C’est la question qu’on est en droit de se poser en voyant Enfin Veuve d’Isabelle Mergault. Un réalisateur, suite à un premier film convaincant, est toujours attendu au tournant et la tâche en devient d’autant plus difficile. Après Je vous trouve très beau, succès public et critique, récompensé par un César (César de la Meilleur Première Œuvre), le deuxième long-métrage de la cinéaste ne parvient pas à se hisser à la hauteur de son prédécesseur. Le film s’avère être une comédie décevante voire inquiétante de superficialité.

S’ouvrant sur le visage d’Anne-Marie entonnant Si tu n’existais pas de Joe Dassin, Enfin Veuve revendique d’emblée deux choses : la focalisation sur le personnage féminin et le côté populaire. Mais ce dernier point doit-il forcément être accompagné d’un manque d’inspiration, d’originalité et d’audace ?

Reprenant le thème maintes fois utilisé de l’adultère, la réalisatrice suit Anne-Marie vivant entre amant et mari. Le jour où elle prend la décision de quitter son époux (Gilbert), qu’elle se torture l’esprit pour trouver les mots justes (qui se résumeront à « Je pars » !), celui-ci meurt dans un accident de voiture. Désormais resplandissante, la joyeuse veuve ne doit faire face qu’à sa belle-famille. La guerre des Roses n’aura pas lieu entre elle et son mari mais avec sa belle-famille.

Echapper aux scènes de ménages ou aux jeux de cache-cache par la simplification de l’adultère fut une idée plaisante. Malheureusement, le ton de la comédie n’est pas suffisamment affirmé. Aucun gag ni dialogue ne parviennent à faire de ce drame une comédie à l’humour noir et au cynisme jouissif. A force, les situations deviennent pathétiques et immorales. La réalisatrice, qui avait laissé transparaître des talents de dialoguiste et de scénariste lors de son premier métrage, ne trouve pas le talent pour dépasser les clichés et préfère se cloîtrer dans un pathos affligeant d’une femme seule, incomprise et jugée.

Ses personnages sont fluctuants et apparaissent au cours du film dans un schéma redondant : amant, belle-famille, mensonge et culpabilité d’Anne-Marie. Abondant de dialogues plats et de jeux de mots primaires, empruntés aux feuilletons télé à l’eau de rose (« Je ne peux faire ma vie sans toi »), Enfin Veuve s’emprisonne dans l’atonie. Les situations cocasses et surprenantes dignes de la comédie sont absentes. Le scénario s’enlise dans une histoire sclérosée et attendue. Les idées flottent mais aucune n’est concrétisée et ni aboutie.

Le deuxième film d’Isabelle Mergault ne possède pas d’identité claire. Ce n’est ni un drame ni une comédie réussie, mais une succession de quiproquos banals qu’on oublie facilement.

Titre original : Enfin veuve

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).