Select Page

Eden

Article écrit par

French touch et lendemains de fête, par Mia Hansen-Love.

Eden débute dans un état de gueule de bois, que le film ne quittera jamais tout à fait. Tard dans la soirée, dans un bois limitrophe de Paris, des clubbeurs affluent vers l’entrée d’une rave ; dans la scène d’après, les mêmes longent le canal, fourbus par une nuit de danse et d’électro novatrice – nous sommes au début des années 90, quand la French touch déferle sur la capitale française. Déjà, le quatrième long métrage de Mia Hansen-Løve a le goût des lendemains de fête ; déjà, la cinéaste d’Un amour de jeunesse (2011), derrière le clinquant et les lumières de son générique, annonce que l’exaltation n’aura qu’un temps. Pour dire l’histoire d’une époque et d’un courant musical encore intouchés par la fiction française, elle s’inspire de la vie de son frère, le DJ Sven Löve, initiateur du duo Cheers avec Greg Gauthier, résident des célèbres soirées Respect du Queen et contemporain, notamment, des Daft Punk. Soit ici Paul, jeune DJ de vingt ans et quelques qui connaît plusieurs années d’une gloire relative avant de tomber dans l’oubli : le temps de l’ivresse, en somme, puis du réveil douloureux qui suit, quand la naïveté et les idéaux se sont dilués dans l’impossibilité de faire carrière et de construire une relation stable, entre autres.

Après une sorte de trilogie de l’intime (Tout est pardonné, 2007 ; Le père de mes enfants, 2009 ; Un amour de jeunesse, 2011), Mia Hansen-Løve élargit ses horizons au film de bande, dans une peinture volontiers cruelle et toujours teintée d’autobiographie d’une génération perdue (Eden est partagé en deux parties, dont la deuxième s’intitule “Lost in music”). Autour de Paul, c’est tout un groupe que la réalisatrice fait revivre, des producteurs de musique garage aux graphistes des premiers flyers, des stars américaines de la house aux organisateurs de soirées, avec un souci du détail et de l’authenticité qui ne prête en aucun cas le flanc à un quelconque naturalisme. Des “teufs” au Fort de Champigny aux expéditions new-yorkaises, la cinéaste fait revivre une époque, réussissant à rendre nostalgiques d’un temps où Paris savait faire la fête, sans jamais tomber dans le passéisme. Si la reconstitution est minutieuse – la bande originale en premier lieu, de M.K. à C Docks Present, ne compte, c’est heureux, aucun faux pas -, c’est bien les aspirations de ceux qui peuplèrent la nuit des nineties qui l’intéressent en premier lieu. Elle-même fréquenta tôt les clubs parisiens grâce à son frère et c’est évidemment lui que, par l’intermédiaire de Paul, elle suit sans relâche, lui qui, partie prenante d’un mouvement florissant, ne se tirera jamais tout à fait d’un certain underground. La petite soeur devenue cinéaste continue ainsi d’observer son aîné, et c’est très beau. 
 

 

Dans une scène de milieu de film, Paul et son acolyte lancent un morceau qu’ils aiment au cours de l’émission qu’ils animent sur Radio FG, un morceau qui résume leurs goûts, “entre euphorie et nostalgie”. C’est pour la même raison qu’on aime Eden – et a fortiori le cinéma de Mia Hansen-Løve -, parfaitement contenu dans la formule tant, de film en film, la cinéaste n’a de cesse de poursuivre un certain amour de la tristesse. Ce n’est pas une pose, pas plus qu’une tendance à la neurasthénie, rares sont les oeuvres aussi lumineuses que les siennes, fut-ce dans l’épreuve. De là vient d’ailleurs la surprise d’Eden : serti dans un écrin de fêtes et de paillettes, c’est peut-être son film le plus désemparé, celui derrière lequel pointe le plus la noirceur. Mia Hansen-Løve ne s’appesantit pas, ce n’est pas son genre (le suicide d’un ami est évacué en une micro-scène, presque trop vite eu égard à l’importance du personnage), pourtant le long métrage ne semble avoir de cesse de plonger vers son propre abime, là où l’étourdissement a pris fin, fracassé sur la drogue, l’âge et les déboires financiers. C’est, d’ailleurs, le bémol d’Eden, trop conscient a posteriori du caractère éphémère de l’euphorie de la période décrite (près de vingt ans tout de même) pour ne pas la teinter d’emblée d’une mélancolie tenace.

Avec l’élégance qui la caractérise, Mia Hansen-Løve reste chevillée à Paul, beau personnage effacé qui lui permet de dire la French touch par la marge. En l’accompagnant partout, jusqu’à la dépression et la renaissance, sur la cîme des années, des soirées et des années qu’il traverse, elle prend le risque de faire disparaître les autres : les personnages de Golshifteh Farahani, trop esquissé, et de Laura Smet, trop caricatural, limitent par exemple l’ampleur passionnée d’Eden. Le film reste visité par de magnifiques fantômes, comme celui de Julia, étudiante américaine aimée à Paris au milieu des années 90 et que Paul recroisera à New York un peu avant que le 11 septembre 2001 ne vienne briser les illusions. Ou celui, plus diffus, du disque vinyle remplacé par l’informatique. Dans un Silencio désincarné, la cabine DJ a quitté le centre, elle est désormais sur scène : aujourd’hui, la djette Clara 3000 pianote sur son Mac, à l’écart de la piste froide et désertée.

Titre original : Eden

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 131 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

ADN

ADN

Le cinquième long-métrage de Maïwenn, se voulant généreux et sans frontières, nous montre les ficelles d’un cinéma narcissique, arrivé à épuisement de son style, qui se cantonne au degré zéro du réel. S’il tente de nous dire que chacun est le fruit d’une histoire, on se retrouve pourtant englué dans un présent où les dialogues et les corps n’ont aucun sens.

L’Avventura

L’Avventura

Avec ses tableaux panoramiques délavés par les embruns, L’Avventura reflète l’âpreté de la relation amoureuse entre homme et femme dans une comédie moderne des faux-semblants. Le film se revoit comme la déambulation contrariée de Claudia, muse antonionienne, déroulant un fil d’Ariane sans issue véritable dans l’écheveau des subjectivités. Plus troublant que jamais en version restaurée.

Manhunter

Manhunter

La ressortie d’un classique du répertoire hollywoodien, avec ce thriller de Michael Mann, est un voyage nostalgique et immersif dans les années 1980