Select Page

Destination Finale 5

Article écrit par

Encore une fois, la Mort s’amuse à poursuivre une bande de miraculés. Elle est bien la seule.

Il fut un temps où la sortie en salles d’un film d’horreur pouvait légitimement laisser présager d’une honnête réussite, où Les Autres succédait avec bonheur à Sixième Sens au tournant des années 2000, où Neil Marshal (Dog Soldiers, The Descent), Eli Roth (Cabin Fever) et Rob Zombie (La Maison des 1000 morts, The Devil’s Rejects) faisaient leurs premières armes, où même un Freddy Vs Jason pouvait donner un sacré coup de fouet à la mode des slashers niais pour ados lancée par le succès de Scream. C’était également le début d’un intérêt porté à une part de la production asiatique ainsi qu’à une vague espagnole qui semble bien essoufflée aujourd’hui. Il y avait bien évidemment des mauvais films (beaucoup, et le premier Destination finale en faisait partie), mais les sorties intéressantes se succédaient avec une certaine régularité. Il y avait en tout cas suffisamment pour espérer que le genre (au sens large) continue à vivre en salles. Mais aujourd’hui moribond, il ne laisse transparaître au milieu d’un océan (certes asséché) de médiocrité que de trop rares bonnes surprises (un Piranhas 3D inégal, le récent Insidious). Bref, le film d’horreur est aujourd’hui globalement à la traine, et c’est bien dommage.

Parmi les « franchises » qui persistent en salles, Destination finale enchaîne avec un cinquième épisode, le second en 3D. Raté de bout en bout, le film étonne par son obstination à coller aux recettes qui caractérisent la série depuis ses débuts, il y a une dizaine d’années, s’acharnant à ne rien varier, ou presque, et à répéter toutes les maladresses déjà commises. On retrouvera donc le même genre de petit groupe de personnages échappant ici par la grâce de la vision prémonitoire d’un play-boy pas toujours très malin à une invraisemblable catastrophe (l’effondrement d’un pont suspendu causé par, on n’est décidément à l’abri de rien, le vent et des travaux…). Pas contente, la Mort réclame son dû. Mais pas n’importe comment. Elle pourchasse les miraculés dans l’ordre où ils auraient dû, suivant l’ordre des choses, venir la rejoindre. Et elle y met la manière, chaque accident résultant d’une combinaison de facteurs qui donne son cachet à la série, jouant sur le terrain de l’horreur domestique.

Un mauvais scénario n’a jamais empêché de faire un bon film. Encore faut-il pour celui-ci s’affirmer par des idées de mise en scène. Mais le cinéaste préfère ici jouer vaguement de quelques petites nouveautés de scénario distillées dans un parcours extrêmement balisé. Un paradoxe inexplicable dans un film dont le sujet appelle pourtant un vrai travail de mise en scène. On a alors droit à tout : l’incapacité du jeune héros à expliquer son « intuition » à la police (qui du coup le suspectera de terrorisme…), la prise de conscience progressive des rescapés (ici particulièrement mal menée), une scène explicative assez indigente ouvrant sur un dilemme moral ridiculement traité (tuer quelqu’un pour que la mort vous lâche la grappe). L’autre aspect important, ce sont les scènes de mort. Steven Quale s’y révèle assez peu inventif, celles-ci (sauf peut-être la première) finissant toutes par se ressembler, et être interchangeables d’un épisode à l’autre. C’est toujours le même sadisme, toujours le même humour assez infantile (tout comme l’utilisation de la 3D). Il est ainsi terrifiant de voir à quel point le film, tout comme ses prédécesseurs, renonce à toute forme d’idée de mise en scène. Plus qu’un film d’horreur façon train fantôme – ce qu’il aspire visiblement à être – voilà un exemple de cinéma confortablement installé dans le train-train de son statut de franchise à succès modéré. On espère que c’est le dernier de la série.
 

Titre original : Final Destination 5

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 113 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

ADN

ADN

Le cinquième long-métrage de Maïwenn, se voulant généreux et sans frontières, nous montre les ficelles d’un cinéma narcissique, arrivé à épuisement de son style, qui se cantonne au degré zéro du réel. S’il tente de nous dire que chacun est le fruit d’une histoire, on se retrouve pourtant englué dans un présent où les dialogues et les corps n’ont aucun sens.

L’Avventura

L’Avventura

Avec ses tableaux panoramiques délavés par les embruns, L’Avventura reflète l’âpreté de la relation amoureuse entre homme et femme dans une comédie moderne des faux-semblants. Le film se revoit comme la déambulation contrariée de Claudia, muse antonionienne, déroulant un fil d’Ariane sans issue véritable dans l’écheveau des subjectivités. Plus troublant que jamais en version restaurée.

Manhunter

Manhunter

La ressortie d’un classique du répertoire hollywoodien, avec ce thriller de Michael Mann, est un voyage nostalgique et immersif dans les années 1980