Select Page

Derniers jours à Jérusalem

Article écrit par

Film crépusculaire parfois saisissant, « Derniers jours à Jérusalem » se coule dans un héritage bergmano-antonionien dont il peine à s´affranchir

Jérusalem-Est. Un couple de Palestiniens. Nour est une jeune comédienne pleine d’avenir. Iyad, un chirurgien entre deux âges. Le début du film relate leur première rencontre : Nour cherche à avorter et demande à Iyad de l’aider. Ellipse de plusieurs années. On retrouve leur couple engoncé dans la routine. Ils veulent émigrer à Paris sans que l’on sache précisément pourquoi. Mais leur départ sera suspendu au dernier moment, et leur union mise à rude épreuve.

D’emblée, les influences cinématographiques font sentir leur poids, de La Notte d’Antonioni à Scènes de la vie conjugale de Bergman. Chaque séquence, orchestrée et cadrée avec une précision chirurgicale, ausculte les déchirements du couple, ses errances, ses craintes. À l’angoisse devant l’autre s’ajoute celle devant soi-même, sur une toile de fond très bergmanienne : spectre de l’avortement ; théâtre et jeux de masques ; relations mère/fille. Lesquelles s’avèrent tour à tour tendres et écrasantes – écrasantes surtout. Comme si les « derniers jours » évoqués par le titre étaient l’occasion d’un dévoilement des êtres.
 

C’est peu dire que la tonalité du film est crépusculaire de bout en bout. Voire d’outre-tombe par la solennité de la mise en scène, les miroitements ombrageux de la photographie, le rituel calme et empesé des travellings. D’où cette sensation lancinante d’un naufrage imminent. Mais naufrage de quoi ? D’un couple, certes, mais encore ? Difficile de ne pas songer au contexte politique et humain lié aux lieux de l’action. Des images parfois très belles de Jérusalem-Est, on retient notamment la présence de militaires à tous les coins de rues, suggérant que ce quartier serait, au fond, un camp pour Palestiniens.

Rien d’explicite, cependant, dans ce télescopage entre intime et politique. D’autant que la ville reste assez peu montrée, au profit d’intérieurs confinés : habitacles de voitures, chambres d’hôtel… Une musique dissonante accentue l’impression de claustration, sensible jusque dans le découpage. On est frappé de la rareté des champs/contrechamps : souvent, un seul plan enserre les protagonistes ; la sensation d’enfermement s’en trouve renforcée. On comprend mieux, peu à peu, le désir initial du couple qui est de fuir – mais quoi au juste : son pays ? Son conjoint ? Soi-même ? Par cette incertitude, le réalisateur dépasse son maniérisme crispé pour suggérer un horizon plus large, qu’il n’ose étreindre mais dont l’ampleur stimule.

Le film multiplie ainsi les interrogations, les ouvertures. À plusieurs moments-clefs, Nuri se contemple dans un miroir – telle une Alice névrosée qui souhaiterait passer de l’autre côté. Durant la dernière scène, entre deux plans symétriques auréolant de solennité un décor pourtant banal, le monde de Nuri semble avoir basculé. Le film aussi. Au point d’aboutir à une conclusion antonionienne, qui laisse le spectateur dans un étrange état de tension. Comme si le film n’était pas fini. Et que, même l’écran éteint, il ne pouvait pas finir. Frustration et perplexité. Inquiétude diffuse. Preuve que Derniers jours à Jérusalem, tout poseur et lourdement référencé qu’il soit, palpite d’affects qui le dépassent. Un grand film ? Sans doute pas. Mais un film habité, voire hanté, ce qui le rend à coup sûr estimable.  

Titre original : Tanathur

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.