Snow Therapy


Snow Therapy

Un film de Ruben Östlund

Avec Johannes Bah Kuhnke, Lisa Loven Kongsli, Clara Wettergren, Vincent Wettergren, Kristofer Hivju, Fanni Metelius, Brady Corbet

Huis clos montagnard et drame familial, "Snow Therapy" rend oppressante l'ambiance des stations de ski.

Article de Jean-Max Méjean 4 étoiles



Ce film suédois, présenté dans la sélection Un certain regard au festival de Cannes en 2014, y obtint le Prix du Jury sous le titre Force majeure pour le marché international. Le titre original est Turist mais les distributeurs américains - car le film marche très bien aux Etats-Unis - lui préfèreront un titre en français. Et, ironie du sort, il sort en France avec un titre anglais, bien plus explicite, Snow Therapy, qui lui va comme un gant. Ruben Östlund, dont c’est le quatrième long métrage, signe ici un film étrange et captivant qui va sans doute marquer les esprits et remporter un grand succès. Se souvenant de l’époque où il réalisait des films de commande pour des stations de ski, il plante ici sa caméra dans une station française dont il utilise le décor fait de neige et d’artifices pour un huis clos sur la solitude et le désarroi d’un couple qui se pose un peu comme un archétype générateur d’angoisse et de stress. 

Snow Therapy commence par une séance photo dans un cadre de montagnes d’un blanc immaculé. Une famille presque idéale, un homme et une femme magnifiques, de la bonne bourgeoisie suédoise, passent avec leurs deux enfants cinq jours au ski dans un hôtel très chic des Alpes françaises. Le cadre est oppressant en fait, car nous ne sortirons jamais soit de l’hôtel en bois comme un immense cercueil, soit des pistes et de leur blancheur laiteuse. On sent qu’un drame pourrait bien survenir dans ce calme apparent. Pour le faire bien ressentir, Ruben Östlund prend tout son temps, ponctuant les nuits ouatées du bruit des canons à neige qui contribuent grandement à faire naître une sourde angoisse chez le spectateur, tout comme ces petites séquences burlesques telles que l’ovni téléguidé qui traverse le ciel pour finir par atterrir sur l’estomac d’un invité, ou l’employé de l’hôtel qui semble observer les clients depuis une position stratégique. 

 


S’inspirant d’un fait divers que des amis avaient connu en Amérique latine lors d’une attaque de terroristes, le réalisateur reprend la situation en la transposant dans ce cadre idyllique. Le deuxième jour, les canons à neige provoquent une mini avalanche qui s’arrête aux pieds de la terrasse du restaurant où ses personnages déjeunent. N’écoutant que son courage, le père fuit en laissant femme et enfants. Après, au lieu d’en rire et de se moquer de lui-même et de sa trouille, il va s’enfoncer dans un déni qui portera peu à peu la famille vers la catastrophe. Bien sûr, avec ce titre ironique, on pourrait aussi se demander pourquoi il faudrait toujours, pour obéir aux psys, que les pères soient toujours des héros, sans doute par la faute de Victor Hugo, et pourquoi la couardise et la lâcheté, qui sont quand même des sentiments fort répandus chez le genre humain, ne pourraient être, non pas sanctifiées, mais légèrement admises dans le cadre des rapports humains, et notamment à l’intérieur d’une famille.

Servi par deux acteurs merveilleux, Johannes Kuhnke (Tomas) et Lisa Loven Kongsli (Ebba), le film montre encore une fois que les apparences doivent être brisées pour parvenir à l’essence même de l’âme humaine. Il aborde aussi le rôle du masculin dans les relations amoureuses et tente de montrer l’artifice qui régit les relations au sein de la bourgeoisie qui joue sans cesse avec le feu et les faux semblants. Ebba, en voulant briser le tabou du silence, va conduire peu à peu son couple à la dérive. Et c’est bien sûr ici d’un film catastrophe qu’il s’agit, et pas seulement parce qu’il met en scène une avalanche et qu’il présente la neige comme un linceul qui peut tout recouvrir et rendre opaques l’amour et ses illusions.


Fiche du film


Logo IEUFC