Que ta joie demeure


Que ta joie demeure

Un film de Denis Côté

Avec Olivier Aubin, Guillaume Tremblay, Emilie Sigouin, Cassandre Emanuel, Hamidou Savadogo, Ted Pluviose

Exploration déroutante et expérimentale du rapport entre l’homme et la machine.

Article de Jean-Baptiste Viaud 2 étoiles



“T’es arrivé ici, tu peux te considérer chanceux. Tu vas vivre des beaux moments. Des moments qui vont changer ta façon de voir ta vie”. L’injonction proférée par une actrice en début de film est une promesse autant qu’une menace : nous sommes à l’usine, et la prophétie ne saurait être totalement honnête. L’ironie est coutumière chez Denis Côté, qui renoue ici avec un cinéma quasi expérimental, dans un film-essai plus proche de son Bestiaire (2012) que de Vic+Flo ont vu un ours (2013). Après cette séquence introductive, un carton, et une citation de Georges Courteline : “Le travail est le lieu où les gens qui arrivent en retard croisent dans l’escalier ceux qui partent en avance”. Nous sommes à l’usine donc, et le cinéaste québécois observe les machines autant que les gens qui les actionnent, dans de longs plans presque fixes qui, c’est singulier, laissent sourdre aussi bien un grand péril qu’une parfaite sérénité. L’image est soignée, soulignée par les accords stridents des outils en marche, cacophonie dissidente dans laquelle l’homme qui travaille n’a le temps de penser à rien.

Comme dans Bestiaire, mais sur un mode peut-être encore plus distant, plus allégorique aussi, c’est l’homme qui, en creux, intéresse Denis Côté. Les interrogations soulevées appartiennent au spectateur seul : quel est le rapport de l’humain avec la machine ? Comment le travail manuel perdure-t-il dans une société archi-automatisée ? Le réalisateur, comme à son habitude, est trop malin pour donner la moindre clé - l’interprétation est libre, on ressortira de là sans réponse, sans certitude aucune. Il scrute les presses, matériel de forage et autres appareils de distribution de grains de café pour dire le travail comme objet abstrait : l’implacable systématisme de la chaîne de montage (Côté en filme plusieurs, qui semblent toutes être la même), interroge sur la nécessité du labeur comme sur l’assujettissement de l’homme à celui-ci. Rien de social pourtant : les ouvriers sont, à temps égal, montrés durant leurs pauses déjeuners ou cigarettes, leurs conversations sont légères et pourraient être des lignes de dialogue.

 


Après quarante-cinq minutes versées du côté du documentaire, le film, dans un dernier quart, introduit des acteurs, venant bousculer encore un peu plus la recherche d’une ligne directive à laquelle se rattacher. Soudain, l’usine n’est plus seulement simple lieu de travail, mais devient aussi scène de théâtre ; les actions manuelles - des draps à teindre, des sachets à fermer - ont désormais valeur de didascalie. L’humour, non plus, n’est pas absent de Que ta joie demeure, à l’image de cette dernière scène où un enfant, ayant fait irruption dans l’enceinte de l’usine, interprète au violon, un peu désaccordé, un extrait d'un choral de Bach donnant son titre au film. Nul besoin de chercher à raccrocher les wagons : Denis Côté, dans un entretien retranscrit en dossier de presse, parle de “film-laboratoire”. C’est sans doute la meilleure définition qu’on puisse en donner, lieu clos où les résultats sont incertains mais où l’inventivité et la recherche sont à l’œuvre, et en mouvement perpétuel.
 


Fiche du film


Logo IEUFC