Blue Jasmine


Blue Jasmine

Un film de Woody Allen

Avec Alec Baldwin, Cate Blanchett, Sally Hawkins, Peter Sarsgaard, Bobby Cannavale, Michael Stuhlbarg

Triste princesse.

Article de Amélie Navarro 3 étoiles



Si Blue Jasmine n'était pas un film de Woody Allen, on ne lui pardonnerait pas ses lourdeurs et ses clichés. Car ce film-là, dans son rapport aux personnages, joue dans la caricature, assumée - comme d'habitude chez le cinéaste - mais totalement pervertie - par l'habitude, justement. Ce sont les gens les moins futés qui sont les plus sincères et qui occupent des fonctions clairement sous-estimées par les riches conservateurs. Face à ces ploucs authentiques affublés de chemises à carreaux, donc, on rencontre des bobos moins honnêtes, dont la politesse, emmitouflée dans du Louis Vuitton ou autre marque luxueuse, n'est que feinte. Tel est le monde, extrême et désespérant, dans lequel se meut Jasmine, auparavant Jeanette. Passer d'un prénom de campagnarde à celui d'une princesse, c'est rayer d'un trait la jeune fille docile et naïve qu'elle fut jadis. Mais voilà, le carrosse de Cendrillon finit toujours par redevenir citrouille. Jasmine avait tout pour être heureuse : une vie prospère, un bonheur étincelant et luxueux. Cette aisance financière ne valait que par son mariage avec le riche et attentionné Hal, lequel révéla un jour, et sans le vouloir, sa terrible face cachée. Escroc et volage, le prince faussement charmant fut envoyé en prison et se suicida dans sa cellule. Voilà le constat qui accable Jasmine, l'héroïne désenchantée de Woody Allen.

 
 

Entre hypocondrie et angoisses obsessionnelles, turbulences amoureuses et difficultés générationnelles, le héros allénien, d'abord incarné par le cinéaste lui-même, puis par ses héritiers, hommes ou femmes, a suscité, au fur et à mesure des années, des attentes singulières chez son spectateur. Pourtant, son personnage est peu à peu devenu prévisible, sans qu'un voyage en Europe n'y puisse rien changer. Des actrices, chacune à son tour, ont su accompagner et soutenir le héros allénien (Diane Keaton, Mia Farrow) ou, d'une toute autre façon, lui succéder (Christina Ricci, Scarlett Johansson). Cate Blanchett, elle, ne l'épaule ni ne le remplace : elle le sublime. L'actrice se substitue à ce personnage surexploité en le perfectionnant. N'est-ce pas en restaurant les vieilles bâtisses qu'on leur permet de tenir encore quelque temps ? Cate Blanchett réussit tout ce que les autres ne sont pas parvenus à faire : dépasser les redondances fondamentales du personnage allénien afin d'exploiter d'autres cheminements et de faire de nouvelles propositions. Alors que le héros allénien ne nous surprenait que par un langage méthodique et préparé, où chaque mot faisait partie d'un jargon unique et soigneusement défini, Cate Blanchett n'a ici pas peur du bafouillage et pimente ses répliques d'un visage profondément expressif. Sa frimousse adorable se transforme alors, l'espace d'un plan, en un faciès disgracieux, émouvant mais jamais pathétique. L'actrice réussit ainsi à rendre la progression de son personnage nette et captivante, et fait oublier par là même quelques-uns de ses prédécesseurs, personnages fades et usés qui arpentaient d'un air simplement malheureux Rome ou autre capitale illusoire.


Fiche du film


Logo IEUFC