Select Page

Coffret DVD Johan Van Der Keuken

Article écrit par

A l’occasion de la sortie en dvd chez Arte Vidéo du coffret Johan Van Der Keuken, revenons sur les dernières images d´un homme-cinéma à travers quatre films Ma soeur Joke, Derniers mots, Vacances prolongées, Présent inachevé.

Coffret Arte vidéo, 2 DVD, 4 films : Ma sœur Joke, Derniers mots, Vacances prolongées, Présent inachevé

Disponible à la vente à partir du 23 janvier 2008

A la fin des années 90, le photographe et cinéaste Johan Van der Keuken perd sa sœur d’un cancer. A la même époque, il découvre qu’il est lui-même atteint de cette maladie. En trois ans, il réalise alors trois films ayant pour thème sur la fin d’une vie. Ne sombrant jamais dans le désespoir, il livre une vision apaisée de ces instants qui précèdent la mort. Un coffret présentant ces films vient rendre hommage à un cinéaste qui, jusqu’au bout, aura fait preuve d’une indépendance d’esprit remarquable.

Un coffret a priori testamentaire peut-il à ce point donner de l’énergie ? Voilà un des paradoxes que le cinéma curieux du monde et très mouvant du néerlandais produit à chaque visionnage. Dans ses grandes œuvres fleuves – La Jungle Plate, Amsterdam Global Village, ou encore Vers le Sud – transparaît toujours la passion de l’homme pour les rencontres. « L’autre », qu’il soit étranger ou familier, devient sous sa caméra une nouveauté pour le regard. Fondés sur la rencontre et le voyage, ses films auront développé un style proche du journal, façon de détourner le documentaire de son ton parfois pompeux. Libre d’expérimenter, de jouer avec les images et le montage, le cinéaste aura croisé avec fantaisie le carnet de route, le poème filmique et le recueil de pensées. Frère spirituel de Robert Kramer, il en aura été le versant plus solaire et plein d’espoir.

On retrouve immédiatement ces caractéristiques dans Vacances Prolongées, film que le cinéaste décide de tourner alors qu’il ne lui reste plus que quelques années à vivre. Qu’à cela ne tienne, Van der Keuken entraîne sa femme sur les routes qu’il lui reste à explorer : le Bhoutan et ses moines boudhistes, Rio de Janeiro, San Francisco. Des voyages intimes et généreux, où l’on sent le regard profondément humaniste du cinéaste se teinter d’une once de mélancolie. En attestent des séquences où se succèdent des plans d’objets posés sur fond noir, sortes de natures mortes des objets du quotidien retrouvés à toutes les époques d’une vie. Oscillant entre images souvenirs et temps présent, Vacances Prolongées est sans doute le plus bouleversant des films de Van der Keuken, un testament cinématographique plein de vie.

On ressent une émotion similaire lorsqu’il filme sa sœur peu de temps avant sa mort (Derniers Mots : Ma sœur Joke, 1998), ou lorsqu’il laisse inachevé un montage d’entretiens avec ses proches (Présent Inachevé, 2002). Au fil de sa pensée, mais sans jamais se mettre en avant, le cinéaste aura sans cesse réinventé l’art du portrait, chamboulant au passage toutes les catégories cinématographiques communément admises : documentaire, fiction ou expérimental. Le portrait de Van der Keuken par son propre fils, à la veille de sa mort (Derniers Mots, 2002) est un magnifique hommage au père et au cinéaste. Une façon pour lui d’exposer une dernière fois, avec sa belle simplicité, les préceptes d’une vie qui aura rayonné par son ouverture au monde et son incomparable perception de l’humanité. Une véritable leçon de vie.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Herbes flottantes

Herbes flottantes

« Herbes flottantes » est un opus qui déroge aux films de la maturité d’Ozu. C’est une œuvre à la fois organique, cosmique et surtout atmosphérique qui condense sans complaisance le quotidien tragi-comique de la tournée théâtrale d’une troupe de kabuki et met au jour leurs dérisoires secrets de famille. Plongeons dans les coulisses de cette humanité itinérante…