Van Gogh (1991)


Van Gogh (1991)

La vie suicidée de Vincent Van Gogh selon Maurice Pialat : la tristesse durera-t-elle toujours ?

Article de Fabien Alloin



À la fin de À nos amours (1983), le personnage joué par Maurice Pialat réapparaît pour régler ses comptes avec sa famille et leur parler un peu de Vincent Van Gogh :

« Quand Van Gogh est mort, il a soi-disant prononcé une phrase (...). Il a dit: «
La tristesse durera toujours ». La tristesse durera toujours. Et ça me frappait beaucoup cette phrase parce que je me disais mais... En fait, je pensais comme tout le monde. Je croyais que c'était triste d'être un type comme Van Gogh. Alors je crois qu'il a voulu dire que c'est les autres qui sont tristes. Vous pensez pas ? C'est vous qui êtes tristes. »

Ces quelques mots que le personnage de À nos amours a pour le peintre hollandais l'aident à illustrer un peu mieux le dégoût qu'il a pour sa femme et son fils ainsi que pour cette tristesse qui durera toujours. Il ne reconnaît plus son fils écrivain qui s'est vendu lui-même pour vendre ses livres, ni sa femme devenue vulgaire, vivant dans une hystérie permanente. Seule sa fille Suzanne (Sandrine Bonnaire), encore libre, arrive à échapper à l'œil du père et lui donne un dernier moment de joie avant de le laisser seul. Police (1985) et Sous le soleil de Satan (1987) suivront À nos amours, mais Maurice Pialat pense peut-être déjà à Van Gogh lorsqu'il se trouve en face de Sandrine Bonnaire en 1983. Comme s'il était destiné à vivre seul, à crever seul - la gueule ouverte ou en silence comme le peintre -, le cinéaste courbe le dos dans À nos amours comme Jacques Dutronc dans Van Gogh. Il passe là, un instant, sans que personne ne le remarque. Si la scène finale de À nos amours fait exister le père comme jamais auparavant, pour Vincent Van Gogh, il faudra mourir. Suzanne aime son père mais selon ses mots à lui, elle l'aimerait surtout mort : « Les gens qu'on aime beaucoup, on voudrait toujours qu'ils soient morts ».

  
   

De la vie de Vincent Van Gogh, Maurice Pialat choisit de filmer les dernières semaines qui ont précédé son suicide à Auvers-sur-Oise. S'il s'agit d'une période très productive pour le peintre - soixante-dix peintures en un peu plus de deux mois -, le cinéaste porte son regard ailleurs. Les peintures sont bien là, sur le chevalet ou au sol dans l'atelier, mais elles apparaissent comme hors de leur contexte. La toile est grattée, la couleur étalée à la lame des couteaux et les peintures une fois terminées tombent par terre, se salissent et se font transporter sous le bras. Avant d'être un artiste, Vincent Van Gogh est un travailleur, traînant ses outils dans les champs et se tuant à la besogne. Maurice Pialat choisit de ne pas introduire le peintre mais de le filmer là, descendant d'un train et s'installant en pleine campagne dans un hôtel de fortune. Le Vincent Van Gogh célèbre que le spectateur connaît au même titre que Leonard de Vinci ou Pablo Picasso n'est jamais réellement présent dans le film. Le cinéaste utilise cette culture populaire que chacun des spectateurs a pour construire Van Gogh de ses non-dits et de ses absences. Aucune peinture représentée dans le film ne semble avoir plus d'importance qu'un verre de vin, qu'une consultation chez le docteur ou qu'une scène d'amour dans la campagne. Comme c'est le cas dans quasiment tous ses films, le cinéaste tente d'ancrer son film dans le réel - ici, dans la réalité de l'époque. Entre la vie de Vincent Van Gogh, véritablement vécue par l'homme et sa peinture, Maurice Pialat construit son film. Seul, malade et loin de son frère Théo (Bernard Le Coq) et de sa belle-sœur Johanna (Corinne Bourdon), Vincent Van Gogh, sous les traits que lui a donnés Maurice Pialat, traîne ici et là et cherche sa Suzanne.

Si aucun moment de joie n'est filmé par Maurice Pialat lorsque Vincent Van Gogh se trouve face à l'une de ses peintures, dès que l'artiste est dégagé de son obligation de peindre, le film prend la lumière de toute part. La jeune Marguerite (Alexandra London) tombe amoureuse du peintre et grandit à ses côtés, un repas aussi joyeux que celui de Loulou (1980) est organisé dans le jardin du docteur Gachet (Gérard Séty) et même lorsque son voyage à Paris tourne en pugilat avec son frère, dans un bordel de la ville la vie apparaît tout de même, criarde et rieuse. La Suzanne de À nos amours est Marguerite mais elle est aussi tous ces instants où Vincent oublie qu'il est Van Gogh. Lorsqu'il se jette dans l'Oise, là même où les impressionnistes aimaient peindre, ou lorsqu'il fait l'amour avec Cathy (Elsa Zylberstein), c'est comme s'il brûlait toutes ses toiles. La peinture comme moment de joie n'est présente que lorsqu'elle vit concrètement dans le réel à travers des gestes simples : Johanna filmée comme une baigneuse d'Edgar Degas ou les balades dominicales à la manière d'Auguste Renoir. Les peintres, les artistes, c'est les autres. Théo ne cesse de lui rappeler et Maurice Pialat également lorsqu'il le filme à nouveau seul, contraint de retourner à une condition qui le tue.

  

 

Ne pouvant plus peindre mais forcé de continuer à cause de tous ces yeux qui le regardent, Vincent Van Gogh se tire une balle de revolver dans le ventre et meurt en silence en tenant la main de son frère. Théo mourra six mois plus tard. L'amour présent dans la famille de À nos amours et entre Vincent et son frère devrait les protéger de tout. Ce ne sera jamais le cas et c'est de là que vient la déchirure. Gérard Depardieu terrorisé comme un gosse quand se termine Loulou est seul chez lui et ne sachant plus qui regarder, fixe dans un dernier plan la caméra. Peut-être qu'il se demande qui viendra lui tenir la main à lui. La tristesse durera donc toujours ? Si Maurice Pialat a tué Vincent Van Gogh, déjà la vie reprend. Les enfants jouent à la marelle, les femmes lavent le linge dehors et il va bientôt être l'heure de passer à table. Un peintre demande à Marguerite si elle a connu Van Gogh et la jeune fille lui répond que c'était un ami.


Fiche du film


Logo IEUFC