Select Page

César doit mourir

Article écrit par

Déception pour le retour des Taviani.

Évènement à Berlin, où il a emporté le dernier Ours d’or, César doit mourir semble avoir le mérite d’emprunter des voies pour le moins inhabituelles au vu de son sujet, à savoir le suivi de la création scénique du Jules César de Shakespeare par des prisonniers au sein d’un quartier de haute sécurité. Inhabituelles dans la mesure où le texte shakespearien se double ici d’une approche fictionnelle de la création de la pièce, les répétitions se trouvant totalement dirigées et mises en scène par les Taviani. Pas de parti pris documentaire ici. Pas de cheminement au travers des affres de la création chez des non-professionnels. Mais, au contraire, on le regrette, le déroulé tranquille d’un point de vue assez attendu.

Ce pas de côté par rapport aux attentes serait donc un pas pour rien. L’occasion de le questionner, de le modeler, de le faire parler pour ce qu’il est, n’est jamais saisie. Non, simplement, si chacun, dans César doit mourir, semble déjà bien connaître son texte (et l’avoir bien répété avant de pouvoir filmer les répétitions mises en scène), c’est, comme il apparaît au début, au milieu et à la fin du film, parce qu’il y a quelque chose dans les pratiques mafieuses qui résonne avec celles du pouvoir. Ainsi, on pourra montrer un trafiquant jouant César, un autre Brutus, et tutti quanti en se satisfaisant à la fois de l’aspect tragique de la chose (par résonance) et de la fonction cathartique du théâtre.

Le grand drame du film est que rien ne semble y être au travail. L’absence de spontanéité voulue, forcée même, caractérisant certaines réflexions des prisonniers, certains élans, ou au contraire « interruptions » de répétitions, ne vient jamais questionner notre manière de regarder ces personnes. Introduisant une rupture dans la continuité, ces figures pourtant propices à des échappées ne sont là que pour renforcer une vision soutenue dès les premières images, extraites d’une captation de la représentation finale sur laquelle le film revient en bout de course. Elles sont redondantes, elles ronronnent, elles tournent en rond. L’opposition entre couleur et noir et blanc ne faisant que redoubler celle entre scène et coulisses.

Ce statisme général a pour conséquence que la dialectique mise en œuvre entre l’enserrement par l’image et la libération par le texte ne prend jamais, le tout se trouvant plombé par le poids d’une dimension illustrative. Il semblerait qu’au bout du compte les Taviani se soient laissés aller à utiliser le cadre pour réaliser leur propre Jules César, peut-être pris par des interprétations manifestement plus que satisfaisantes. Peut-être est-ce aussi une question de durée que le film ne parvient pas à embrasser, se contentant d’un format court, la réflexion sur la relation à la culture ne parvenant pas à irriguer le film, n’existant que sous une forme schématique soutenue par une vision qui elle-même enserre trop son sujet et quelques déclarations lapidaires. Bref, tout cela manque de mouvement, de bouillonnement.

Titre original : Cesare Deve Morire

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 76 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.