Select Page

ARIANE

Article écrit par

Le petit bijou de Wilder lové dans un bel écrin signé Carlotta.

La Wilder touch

Loin d’être la comédie la plus enlevée de Billy Wilder, Ariane n’en demeure pas moins l’une des plus délicieuses et irrésistibles romances hollywoodiennes,  dont le parfum joliment suranné a su transcender les époques pour nous apporter toute sa fraicheur dans la triste période que nous traversons depuis déjà trop longtemps. Si le qualificatif oxymorique d’auteur-hollywoodien peut faire sens, le subtil réalisateur d’origine autrichienne a su acquérir ce privilège en s’appuyant sur sa « succesful » filmographie, doublée d’une volonté jamais démentie de perfectionner son art de la mise en scène. Découvertes d’archives inédites, analyses éclairées et vivantes de N.T Binh, historien et critique de cinéma, les bonus vidéo, ainsi que le livre qui enrichie le coffret Carlotta nous offrent diverses gilles de lecture d’une œuvre qui ne serait se réduire à ses charmants atours. De quoi aiguiser davantage notre désir de découvrir ce qui se cache derrière la porte, axiome que Wilder a hérité de son vénéré mentor, Ernst Lubitsch.

Ariane, Adorable Audrey.

Si le titre original, Love In the Afternoon, se révèle aussi malicieux que l’esprit de son auteur, le prénom de l’héroïne adopté pour le titre français entend diriger les projecteurs sur Audrey Hepburn, dont la délicatesse avait déjà conquis le cœur du public. En 1957, après Sabrina, Wilder l’invite de nouveau  à se frotter à un bon vieux célibataire endurci. Sur une partition que la plus adorable des stars déclinera avec une grâce unique tout au long de sa carrière, la femme-enfant va faire tourner la tête d’un Gary Cooper facétieux à souhait. En parfait gentleman, le quinquagénaire aux traits vieillissants fait un pas de côté, laissant la lumière resplendir le visage innocent de sa partenaire. Rythmées par l’orchestre Gypsie qui accompagne en permanence les deux tourtereaux, ces rendez-vous galants parisiens n’ont pas fini de faire battre la chamade dans nos cœurs.

 

Titre original : Love in the afternoon

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.