ARIANE

Article écrit par

Le petit bijou de Wilder lové dans un bel écrin signé Carlotta.

La Wilder touch

Loin d’être la comédie la plus enlevée de Billy Wilder, Ariane n’en demeure pas moins l’une des plus délicieuses et irrésistibles romances hollywoodiennes,  dont le parfum joliment suranné a su transcender les époques pour nous apporter toute sa fraicheur dans la triste période que nous traversons depuis déjà trop longtemps. Si le qualificatif oxymorique d’auteur-hollywoodien peut faire sens, le subtil réalisateur d’origine autrichienne a su acquérir ce privilège en s’appuyant sur sa « succesful » filmographie, doublée d’une volonté jamais démentie de perfectionner son art de la mise en scène. Découvertes d’archives inédites, analyses éclairées et vivantes de N.T Binh, historien et critique de cinéma, les bonus vidéo, ainsi que le livre qui enrichie le coffret Carlotta nous offrent diverses gilles de lecture d’une œuvre qui ne serait se réduire à ses charmants atours. De quoi aiguiser davantage notre désir de découvrir ce qui se cache derrière la porte, axiome que Wilder a hérité de son vénéré mentor, Ernst Lubitsch.

Ariane, Adorable Audrey.

Si le titre original, Love In the Afternoon, se révèle aussi malicieux que l’esprit de son auteur, le prénom de l’héroïne adopté pour le titre français entend diriger les projecteurs sur Audrey Hepburn, dont la délicatesse avait déjà conquis le cœur du public. En 1957, après Sabrina, Wilder l’invite de nouveau  à se frotter à un bon vieux célibataire endurci. Sur une partition que la plus adorable des stars déclinera avec une grâce unique tout au long de sa carrière, la femme-enfant va faire tourner la tête d’un Gary Cooper facétieux à souhait. En parfait gentleman, le quinquagénaire aux traits vieillissants fait un pas de côté, laissant la lumière resplendir le visage innocent de sa partenaire. Rythmées par l’orchestre Gypsie qui accompagne en permanence les deux tourtereaux, ces rendez-vous galants parisiens n’ont pas fini de faire battre la chamade dans nos cœurs.

 

Titre original : Love in the afternoon

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.