Select Page

9ème FESTIVAL DU CINEMA ISRAELIEN DE PARIS 2009

Article écrit par

Mercredi 25 mars s’ouvre le Festival du film Israélien de Paris. Évitons de faire l´amalgame entre la politique de l´administration du Pays et la culture ciné employée par un microcosme qui sévit sur des pellicules imbibées d´espoir et de paix.

Force est de constater que le cinéma israélien depuis les années 50 n’a cessé d’être identitaire, trouvant le juste milieu entre revendications politiques et formes artistiques. Aujourd’hui, l’identité s’est déplacée. D’un engagement radical, les cinéastes se tournent désormais vers une langue visuelle, universelle et pacifique : le cinéma et ses formes les plus diverses. Comme le répète Amos Gitai, les réalisateurs de son pays se regroupent sous le drapeau du cinéma comme monolithe identitaire.

 
Preuves à l’appui, les formes les plus novatrices et audacieuses des ces dernières années proviennent de ce territoire : le cartoon documentaire de Valse avec Bashir ; le lyrisme métaphorique des Méduses ou les longs plans-séquences subjuguants de Plus tard tu comprendras. Les tensions entre palestiniens et israéliens, la guerre et ses thèmes corollaires sont toujours dans le cadre, mais relégués au second rang, devenant un arrière-plan dont les protagonistes tentent de s’extraire. De The Bubble à Valse avec Bachir, en passant par Les Sept jours, se dégage la volonté de sortir du passé et de gagner des salves libertaires et lyriques servies par les grandes oeuvres cinématographiques.
 
Ni la sombre actualité, ni un parti pris politique, seul l’enthousiasme face à ce renouveau du cinéma israélien, a guidé ce Laboratoire. Yasmina Guerda, rédactrice du Blog Israël montre sa bobine, nous fait partager son regard singulier sur ce cinéma pluriel, ouvert, engagé dans la préservation de ses traditions et le regard politique.

Bon Festival !
 

 
9ème FESTIVAL DU CINEMA
ISRAELIEN DE PARIS 2009
25-31 mars 2009

Cinéma le lincoln – 14, rue lincoln – Paris 75008 – Métro : Georges V ou Franklin D.Rooselvelt
9 euros – plein tarif , 7 euros – tarif réduit , 34,50 euros les 6 places

Réservation : 01 42 25 45 80 à partir de 14H00


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Cité sans voiles

La Cité sans voiles

Prototype matriciel du «noir procédural», «La cité sans voiles» fraye la voie vers un courant néo-réaliste semi-documentaire issu de l’immédiat après-guerre. Drapée sous une chape nocturne, la métropole new-yorkaise bruisse de mille faits divers crapuleux. Le jour venu, à l’été 1947, la brigade des homicides dont le bureau est la rue, bat le pavé brûlant des artères populeuses pour les élucider.